La Chambre Nationale Nos services Actualités métier Adhérents
Actualités métier:Assemblées - Rencontres
Actualités métier
Assemblées - Rencontres
Assemblées - Rencontres
 

 Rencontre Détaillants/Fabricants
du 17 novembre 2014 à Paris

La traditionnelle rencontre détaillants-fabricants

 

Réunis à Paris à l'initiative de la CNDL, détaillants et fabricants ont abordé les points sensibles d'actualité ne pouvant être résolus que par un dialogue franc et fructueux. Ont été notamment évoqués la traçabilité, l'usage d'internet, l'échange d'informations… avec l'objectif de déboucher sur l'élaboration d'une charte régissant des relations partenariales optimisées.

Cette Rencontre bisannuelle entre détaillants et fabricants a eu lieu le 17 novembre dernier. Elle a réuni 27 détaillants venus de diverses régions de France et 18 directeurs de marques parmi les plus vendues dans notre réseau. Les questions posées nécessitaient des réponses rapides. Résultat : un groupe de travail a été constitué pour élaborer ensemble une charte de bonnes pratiques.

 

Traçabilité de la fabrication, contrôle qualité et étiquetage : information et formation

Les doutes sur l’éventuelle toxicité de composants des vêtements et articles de lingerie ont émergé notamment lors des évènements dramatiques du Bengladesh. La responsabilité du commerçant peut être mise en cause, ce qui l’amène à questionner ses fournisseurs sur les informations portées sur les étiquettes.

Les fabricants ont leurs réponses. L’étiquetage des produits doit respecter la règlementation européenne.  Les contrôles qualité sont réguliers et la confection en Europe de l’Est ou en Chine peut être de bonne qualité si le personnel de l’usine est bien formé.

Cependant, une étiquette « made in China » à côté d’un prix de lingerie haut de gamme fait réagir le commerçant et le consommateur. Les détaillants ont besoin de s’appuyer sur des informations techniques pour expliquer le prix de la qualité aux clients.

Certaines marques proposent, outre des fiches produits, des modules de formation pour les détaillants.

Les participants se sont mis d’accord sur l’inscription de ces premiers points dans une future charte de bonnes pratiques.

 

Communiquer et partager : un moyen d’optimiser les ventes

Une série défectueuse, des délais de livraison difficiles à respecter, le déstockage d’invendus bientôt sur le marché… Et si la marque en prévenait ses clients ? Les détaillants communiquent entre eux lorsqu’ils constatent un problème. Mais la communication entre commerçants et fournisseurs devrait être améliorée.

Pour les invendus, des fabricants les gèrent en extranet, dédié au réseau sélectif ou bien les redistribue dans un autre pays européen. 

Les fournisseurs retiennent l’idée d’une gestion des invendus sur l’Europe et d’une plateforme de dialogue professionnel.  

 

Internet : stratégie digitale et politique de prix

L’outil internet pour la création d’un site vitrine, d’une page facebook aide les commerçants à se faire connaître. Par ailleurs, les sites de commerce en B to B et les accès aux informations pour faciliter les réassorts se multiplient. Des participants  encouragent leurs collègues à s’y ouvrir.  Click and collect, web to store, le commerce en ligne peut renvoyer l’internaute vers une boutique et optimiser ainsi son chiffre d’affaires.

Cependant, la mise en vente sur le web d’articles à prix cassés encore disponibles en boutique altère sévèrement l’image du point de vente et celle de la marque.

Détaillants et fournisseurs estiment indispensable l’utilisation d’internet pour suivre l’évolution de la consommation, sans pour autant nuire à l’intérêt de la filière. Ils conviennent d’inclure ce sujet dans la charte de bonnes pratiques.

 

Elaborer une charte de bonnes pratiques

L’engagement doit être réciproque. Tous les détaillants doivent aujourd’hui être informatisés. Les sujets à travailler sont identifiés : traçabilité, qualité, étiquetage des articles, formation et l’information, utilisation d’internet et politique de prix.

Des détaillants et des fournisseurs s’accordent pour constituer un groupe de travail, prêts à participer à cette réflexion.

Le Président de la CNDL, Jacques Ponnard, a vivement remercié fabricants et détaillants pour leur participation active et la création  de ce groupe de travail qui se réunira début 2015.  

-----------------------

Marques représentées :

Anita, Barbara, Chantelle, Eminence, Empreinte, Félina, Lise Charmel, Maryan Beachwear, Panache Lingerie, Secret d’Eva, Simone Pérèle, Triumph International.

Ainsi que : la Fédération de la Maille et de la Lingerie, la Fédération Nationale de l’Habillement.

Journée animé par David Barthe, directeur associé du Cabinet Albiste

 --------------------